On en parle

Stéphane Ledentu et l’éconologie, une vocation

Issu d’une famille spécialisée dans le bois depuis trois générations, soit 80 ans d’expérience forestière, Stéphane Ledentu décide de créer son entreprise en 1991. Basée à Torigni-sur-Vire, en Normandie, SLB Sarl est spécialisée dans l’exploitation forestière et le négoce de bois, certifiée FSC et PEFC. Rapidement, la société s’oriente vers la formation de groupements forestiers pour sécuriser l’approvisionnement plus qu’il ne l’était déjà, via la contractualisation.

Au-delà de la sécurisation de l’approvisionnement en bois, les groupements forestiers ont aussi pour objectif de sauver « le poumon du monde » constitué par la forêt.

En 2002, Stéphane Ledentu crée la marque European Forest dédiée à l’acquisition et à la vente de massifs forestiers. Afin d’étendre l’offre à l’Europe de l’Est, et plus particulièrement à la Roumanie, la marque Eastern Forest est créée en 2007. Pour ce faire, il est accompagné d’une équipe de professionnels passionnés, comme lui, et entièrement dédiés à l’accompagnement de projet, aussi bien en France qu’en Roumanie.

Un an plus tard, les recherches concernant le projet brésilien aboutissent à la création de la marque SLB do Brasil, principalement fondée sur une dynamique de reforestation à vocation éconologique.

Dès les années 90, Stéphane Ledentu exporte du bois vers les pays asiatiques. Le développement progressif de ces pays et l’augmentation des besoins, lui ont fait prendre conscience que les forêts n’allaient jamais tenir le choc face à une telle demande. Naturellement, cela l’a amené à concilier écologie et économie : l’éconologie.

L’éconologie est un concept venu du Canada qui signifie que la cause écologique ne progressera pas uniquement grâce aux dons ponctuels, mais surtout en prouvant que, derrière les projets environnementaux, il y a une véritable raison d’être économique.

C’est sur cette philosophie que se base Stéphane Ledentu avec l’acquisition et la plantation de fermes pilotes au Brésil en 2008.Cette démarche permet de combler les besoins locaux tout en respectant la faune et la flore déjà présentes. Pourquoi le Brésil ? Il faut noter que les conditions climatiques brésiliennes sont extrêmement favorables à la culture de l’eucalyptus qui a besoin de sols riches et d’une importante pluviométrie.L’eucalyptus est une essence qui, à chaque étape de son développement, trouve de multiples débouchés :

  • A 4 ans, l’eucalyptus est utilisé pour la production de papier d’imprimerie ;
  • A 8 ans, il convient en tant que matière première pour la fabrication d’ameublement (groupes de fabricants de mobiliers) ;
  • A 12 ans, l’eucalyptus est suffisamment développé pour servir à la construction.

Dans la continuité de ce concept, Stéphane Ledentu a souhaité mettre en place une méthodologie de travail certifiée Bureau Véritas pour le calcul de la compensation carbone. Il s’agit d’un label attestant de la contribution des entreprises à la diminution de l’émission de gaz à effet de serre grâce à leur participation au programme SLB do Brasil : c’est l’Econologic Program. De cette façon, les entreprises prouvent leur engagement quant à l’afforestation et/ou la reforestation.

Ces différentes démarches environnementales permettent donc d’allier écologie et impératifs économiques. En plus des aspects écologiques et économiques des actions menées par le groupe SLB, on observe également un réel enjeu social. En effet, l’afforestation engagée, toujours dans cet esprit d’éconologie, a permis la création de nombreux emplois aussi bien pour la plantation que pour la surveillance des cultures, ou encore pour les coupes avant transformation de l’essence, tout ceci sans compter l’augmentation de la charge de travail des entreprises locales impliquant un développement social évident.

Vous l’aurez compris, le Groupe SLB met le développement durable et l’environnement au cœur de ses préoccupations comme le démontrent ses diverses certifications et démarches éconologiques. Il donne la possibilité aux entreprises, comme aux particuliers, de préserver la forêt au niveau mondial et de concourir activement à la diminution des émissions de gaz à effet de serre.

En devenant acteur de ce programme, on devient acteur de la « Troisième Révolution Industrielle », selon Stéphane Ledentu. Cette approche éconologique et sociale est, pour l’instant, unique au monde.